RECEVEZ LE SAINT-ESPRIT (PART 3)

Le Fruit de l’Esprit

« Mais le fruit de l’Esprit est la charité, la joie, la paix, la patience, la douceur, la bonté, la fidélité, la bénignité, la tempérance. »

Pour qu’il y ait du fruit, il doit y avoir une racine. Il est impossible d’avoir des fruits sans avoir d’abord une racine.

Afin d’avoir le fruit de l’Esprit dans la vie, le Saint-Esprit lui-même doit être la racine de la vie. Pour que le fruit de l’Esprit puisse apparaître sur l’arbre, le Saint-Esprit Lui-même doit être la vie de l’arbre.

Il est impossible d’avoir un amour authentique, ou la joie, ou la paix, ou la longanimité, ou la douceur, ou la bonté, ou la foi, ou la douceur, ou la tempérance, pour apparaître dans la vie, sans avoir l’Esprit Saint pour racine, la source de la vie, oui, la vie elle-même.

Il n’est pas véritable l’amour qui aime seulement ceux qui l’aiment, mais l’amour véritable aime tous, même des ennemis. Ce n’est pas la bonté authentique qui fait du bien seulement à ceux qui lui font du bien, mais celle qui fait du bien à tous, même envers les ingrats et les mauvais. (Luc 6: 32-35).

L’amour véritable, ou la joie, ou la paix, ou la patience, ou la douceur, ou la bonté, ou la foi, ou la douceur, ou la tempérance, ne vient pas de nous-mêmes, elle ne vient pas de ce monde; cela vient seulement de Dieu, c’est le fruit seulement de l’Esprit de Dieu.

Tous peuvent avoir le fruit de l’Esprit, parce que tous peuvent avoir l’Esprit.

« Demandez, et on vous donnera. » « Recevez le Saint-Esprit. »

A. T. Jones, The Advent Review and Sabbath Herald, March 22, 1898

RECEVEZ LE SAINT-ESPRIT (PART 2)

Nous sommes consolés

« CHRIST a bien fait comprendre à ses disciples qu’ils devaient demander dans leur prière à Dieu pour le don du Saint-Esprit; et ensuite, se mettant dans une attitude à le recevoir, ils recevraient tous les dons compris dans le don de l’Esprit. »

Jésus dit: « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. »

Mais il est parti; il n’est pas présent comme il était quand il a dit cela.

Tout va bien, cependant; car il était avantageux pour qu’il soit parti.

Cependant il dit: Ne vous inquiétez pas: « je ne vous laisserai pas sans consolation, je viendrai à vous. »

Nous ne sommes pas laissés sans consolation, parce qu’il vient à nous par le Consolateur. Et « le Consolateur, qui est le Saint-Esprit », « demeurera avec vous pour toujours. »

Le Saint-Esprit apporte la présence du Christ au croyant, pour demeurer avec lui pour toujours. « Son Esprit dans l’homme intérieur; En sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi… afin que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu. »

Le Saint-Esprit vient demeurer avec nous pour toujours. Le Saint-Esprit apporte la présence de Christ pour demeurer avec nous pour toujours. C’est pourquoi Jésus dit: « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » « Je ne te laisserai point et je ne t’abandonnerai point. »

Jésus a dit: « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. » C’est l’Esprit-Saint qui nous amène le Christ. Par conséquent, il est aussi clair qu’A B C, et aussi vrai que la parole de Dieu, que sans le Saint-Esprit, nous ne pouvons rien faire.

Professer une religion, se joindre à l’église, « œuvrer à la cause », sont tous « rien » sans le don, le baptême et la demeure permanente du Saint-Esprit. « Demandez, et on vous donnera. » « Recevez le Saint-Esprit. »

« Le Seigneur Jésus veut que tous se tiennent à leur place. Il utilise l’influence d’un croyant, la richesse d’un autre et les accomplissements d’un autre. Sur chacun est inscrit, Sainteté au Seigneur. Chacun est sanctifié et mis à part pour un but sacré. Tous doivent coopérer avec Dieu. L’esprit, le cœur, l’âme et la force appartiennent à Dieu. Nous sommes à lui par création et par rédemption. ‘Vous n’êtes pas à vous-mêmes; car vous a été rachetés à un grand prix; glorifiez donc Dieu en votre corps et en votre esprit, qui appartiennent à Dieu’. »

Quand Cyrus W. Field, le fabricant du câble atlantique, a quitté sa maison à l’âge de quinze ans pour se frayer un chemin dans le monde, son père lui a dit: « Cyrus, je suis sûr que tu réussiras; car tes camarades de jeu ne pouvaient jamais te persuader à aller jouer, jusqu’à ce que tout le travail pour lequel tu étais responsable soit fini. » C’est une garantie suffisante qu’un garçon réussira. C’est simplement la fidélité. Et la fidélité elle-même est un succès.

« Celui qui n’a pas suffisamment la foi en Christ pour croire qu’il peut l’empêcher de pécher, n’a pas cette foi qui lui accordera une entrée dans le ciel de Dieu. »

A. T. Jones, The Advent Review and Sabbath Herald, February 22, 1898

La marque de la bête

Qu’est-ce que la marque de la bête? Laissez-nous d’abord confirmer que nous croyons fermement que la marque de la bête ne peut pas être juste une marque physique comme une puce ou un tatouage ou une carte d’identité. Pourquoi? Il y a deux ou trois gros problèmes avec cette croyance. Premièrement, dans Apocalypse 13:14, il est dit que la « séduction » est impliquée dans cette affaire.

Apocalypse 13:14: « Et elle séduisait les habitants de la terre, par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête… »

Maintenant, où est la séduction en forçant les gens à prendre une marque physique comme une puce électronique? Satan est le grand séducteur et il ne va pas forcer les gens à prendre une marque physique. Il n’y a aucune séduction en cela en quoique ce soit. Et ce n’est pas ainsi la manière dont Satan opère.

Le prochain problème avec cette croyance de la marque de la bête étant quelque chose comme une micropuce est le fait que n’importe quel gouvernement pourrait nous forcer une puce ou une carte d’identité ou un tatouage. Et nous ne pouvons pas être perdus pour quelque chose qui nous est imposé. Maintenant, ne vous méprenez pas. Je crois qu’un certain type de technologie comme une carte bancaire ou une carte d’identité sera utilisée en association avec la marque de la bête pour empêcher ceux qui refusent la marque d’acheter et de vendre. Mais en soi, la technologie ou toute marque physique ne peut pas être la marque de la bête. Alors, C’est quoi la marque de la bête? Apocalypse 14 nous donne un indice.

Apocalypse 14:12: « c’est ici qu’est la patience des saints, c’est ici que sont ceux qui gardent les commandements de Dieu, et  la foi de Jésus. »

Maintenant, juste avant ce verset, le troisième ange explique que ceux qui prennent la marque de la bête recevront la pleine colère de Dieu. Ce qui signifie que le verset ci-dessus nous parle de ceux qui ne prennent pas la marque. Et que font-ils? Ils gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus-Christ. Ainsi, la marque de la bête est d’une manière liée aux commandements de Dieu. Ce qui est logique, car cette question est entièrement liée à l’adoration et à l’obéissance. Regardez ce qui est dit aussi dans Apocalypse 14.

Apocalypse 14:9: « …Si quelqu’un adore la bête et son image , et s’il en prend la marque au front, ou à la main… »

Voyez-vous? La question de la marque de la bête est liée à l’ADORATION! D’une manière ou d’une autre, Satan va tromper le monde, qui en donnant leur allégeance à la bête et à son image, finira par adorer spirituellement la bête et lui obéir au lieu d’adorer et d’obéir Dieu. Mais les saints de Dieu de la fin des temps seront fidèles à Jésus-Christ et connaîtront la vérité, et continueront d’obéir à Dieu et de garder ses commandements.

Qu’est-ce que les séducteurs avaient utilisé pour jeter Daniel dans la fosse aux lions? … Daniel 6: 5 « Ces hommes dirent donc: Nous ne trouverons point d’occasion contre ce Daniel, à moins que nous n’en trouvions contre lui dans la loi de son Dieu«  … Sachant que Daniel serait fidèle à la loi de Dieu, ces séducteurs ont fait en sorte que le roi puisse instituer une loi séculière qui irait à l’encontre de l’un des commandements de Dieu. De la même manière, le royaume de la bête instituera une loi (marque de la bête) qui sera en opposition aux commandements de Dieu, et sera utilisée pour condamner le peuple de Dieu à la fin des temps.

Alors pouvons-nous identifier exactement qu’est-ce que la marque de la bête? Oui. Mais nous devons d’abord savoir qui est la bête d’Apocalypse 13, pour savoir sa marque.

Allons droite au but, la bête qui monte de la mer d’Apocalypse 13 est l’église papale de Rome. Ce qui signifie que la marque de la bête est en fait cette marque de l’Église catholique romaine. L’Église catholique romaine a-t-elle fait quelque chose en rapport avec les commandements de Dieu qui pourraient être considérés comme sa «marque»? Oui, et cela a été prophétisé dans le livre de Daniel avec le pouvoir de la petite corne qui est encore l’Église papale de Rome.

Il prononcera des paroles contre le Très-Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps. Daniel 7:25

Ainsi, l’Église catholique romaine penserait à changer le temps et la loi de Dieu. Est-ce qu’elle l’a fait? Oui. Si vous regardez les dix commandements catholiques romains, vous verrez qu’ils ont modifié les commandements de Dieu (Espérer changer la loi).

dixcomcath

Et l’Église catholique romaine se vante que c’est elle qui a changé le sabbat hebdomadaire du septième jour au premier (Espérer changer le temps), pour lequel il n’y a aucune autorité biblique favorable à un tel changement. Jetez un coup d’œil aux citations suivantes concernant ce  «changement» de sabbat.

« Par l’acte même de transférer le repos du sabbat au dimanche, ce que les Protestants acceptent… En observant le dimanche, ils reconnaissent que l’Église (catholique romaine)  a le pouvoir de prescrire des fêtes et de les ordonner sous peine d’anathème. » (Un Abrégé de la Doctrine Chrétienne, p.58)

«Bien sûr, le changement (du sabbat au dimanche) était son acte…. et l’acte est une marque de son pouvoir ecclésiastique et de son autorité en matière religieuse. « (signé par H.F.Thomas, chancelier du cardinal Gibbons, dans une lettre datée du 11 novembre 1895)

« L’église est au-dessus de la Bible, et ce transfert d’observance du sabbat en est la preuve. » (Catholic Record of London, Ontario, 1er septembre 1923)

« Ce n’est pas le Créateur de l’univers, dans Genèse 2: 1-3, mais l’Église catholique peut revendiquer l’honneur d’accorder à l’homme une pause dans son travail tous les sept jours. » (SC Mosna, Storia della Domenica, 1969, p. 366-367)

«Il n’est pas encore trop tard pour que les protestants se rachètent. Le feront-ils? … Prendront-ils en effet uniquement la parole écrite, la Bible seule, comme seule autorité et unique standard? Ou conserveront-ils toujours la doctrine et les pratiques indéfendables, contradictoires et suicidaires consistant à suivre l’autorité de l’Église catholique et porteront le signe (la MARQUE) de son autorité? Vont-ils observer le sabbat du Seigneur le septième jour, selon les Écritures? Ou vont-ils garder le dimanche selon la tradition de l’Église catholique. » (Ibid, page 31)

Ainsi, l’Église catholique romaine (petite corne de Daniel 7) est coupable d’avoir changé la loi de Dieu. Les mêmes commandements que les saints d’Apocalypse 14:12 observent, qui les empêchent de recevoir la marque de la bête. Et rappelez-vous, la question de la marque de la bête est entièrement liée au culte et à l’obéissance. Allons-nous adorer et obéir à la bête et recevoir sa marque, ou adorer et obéir à Dieu? Ne pensez pas que vous aurez besoin de vous mettre à genoux pour adorer la bête. Tout ce que vous aurez à faire est de donner allégeance à la bête et d’accepter son autorité au-dessus deDieu, ce qui sera considéré comme une adoration.

 

fermé le dimanche

Alors, la marque de la bête est-elle liée au culte du dimanche? Oui, mais pas encore, car le dimanche n’est pas encore imposé comme jour de repos. Mais l’Église catholique romaine, ainsi que de nombreuses autres églises et institutions, y compris des syndicats, militent activement pour qu’une loi du dimanche soit appliquée comme une journée de repos nationale et internationale. Et ceci est en opposition directe avec le repos du sabbat que Dieu a institué pendant la semaine de la création. Et cela place l’autorité de l’Église catholique romaine au-dessus de l’autorité de notre Père céleste. Ce qui bien sûr est une abomination!

Le quatrième commandement concernant le sabbat du septième jour est le SEUL commandement qui nous dit qui est celui que nous adorons. Il nous dit que nous adorons le Créateur du ciel et de la terre. C’est le commandement central qui relie Dieu à l’humanité, et il contient le sceau de Dieu que les saints de la fin des temps reçoivent. Ainsi, quiconque accepte la loi du dimanche qui va être appliquée donnera son allégeance et son culte à la bête (église catholique romaine) au lieu de Dieu. Ensuite, ils seront marqués (spirituellement) de la marque de la bête, soit sur leur front, soit sur leur main. Le front représente le groupe de personnes qui prennent librement leur décision dans leur esprit et donnent leur loyauté à la bête, c’est-à-dire des chrétiens professant l’acceptation de «l’autorité» de l’Église catholique romaine. La main représente le groupe de personnes qui la suivent simplement à cause de la pression économique et leurs actions sont conformes à la marque de la bête, c’est-à-dire les non-croyants. C’est pourquoi il est dit qu’ils ont la marque sur le front OU la main.

LA LOI DU DIMANCHE S’EN VIENT?

La loi du dimanche est vraiment mise en avant ces jours-ci, et si vous regardez les pages de nouvelles sur la loi du dimanche, vous verrez que c’est un problème mondial, reçu à bras ouverts par la majorité des chrétiens de profession. Pourquoi? Parce qu’ils ont été séduits que le sabbat du septième jour a été aboli ou remplacé par le sabbat du dimanche, qui est la marque de Rome!

Si vous acceptez la loi du dimanche qui sera bientôt appliquée, ou si vous restez affiliés à l’Église catholique romaine et aux autres églises déchues de ce mouvement œcuménique, vous accorderez votre allégeance et votre adoration à la bête ou à son image. Veuillez tenir compte de l’avertissement du troisième ange d’Apocalypse 14…

« Et un troisième ange les suivit, et disait d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et s’il en prend la marque au front, ou à la main, Celui-là boira aussi du vin de la colère de Dieu, qui sera versé pur dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et dans le soufre en présence des saints anges et de l’Agneau. Et la fumée de leur tourment montera aux siècles des siècles, et ceux qui auront adoré la bête et son image, et qui auront pris la marque de son nom, n’auront aucun repos, ni le jour ni la nuit. » Apocalypse 14:9-11
S’il vous plaît, découvrez la vérité sur le sabbat de la Bible et ne recevez pas la marque de la bête. Au lieu de cela, soyez l’un des saints des temps de la fin en observant les commandements de Dieu (y compris le commandement du sabbat) et la foi en Jésus-Christ.
« C’est ici qu’est la patience des saints; c’est ici que sont ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. » Apocalypse 14:12

Recevez le Saint-Esprit (Part 1)

Pourquoi le don du Saint-Esprit?

Le baptême du Saint-Esprit est donné seulement  pour nous consacrer au  service.

Quiconque veut le baptême, ou le don du Saint-Esprit, afin qu’il puisse être élevé dans une extase et rester là, se balançant, comme un canari, dans une sensation extatique le reste de ses jours, ne l’obtiendra jamais.

Pourtant, il s’agit là de l’idée que des milliers de personnes ont de l’objet et de l’effet du baptême du Saint-Esprit. Donc leur chanson préférée est :

« O, pourrais-je à jamais, à jamais rester
Dans une telle impression que cela.
Je m’assiérais et je m’égarerai
Dans la béatitude éternelle! »

Le Christ n’a jamais été dans une « impression » comme celle-ci, merci au Seigneur: s’il l’avait été, nous serions éternellement perdus. Mais ces gens pensent que telle est exactement « l’impression » qui devient le ciel. Pourtant, s’ils réfléchissaient vraiment, ils verraient dans un instant que c’est complètement faux.

Jésus était au ciel. Il était là le possesseur, de droit divin pour toujours, de toute la béatitude que le ciel peut connaître. Cependant, sachant et possédant tout cela, il ne s’est pas assis et ne s’est pas égaré dans la béatitude éternelle.

Non. Il a tout laissé derrière lui et est descendu sur terre, et a passé sa vie ici au service d’un peuple pauvre et ruiné, chargé d’iniquité, pour apporter à ceux-ci la connaissance de Dieu, et tout le bien que cette connaissance apporte.

Et pour lui, c’était le bonheur. Pour lui, c’était plus que d’être au ciel même. C’était pour lui plus ou moins le ciel lui-même; c’était simplement le ciel lui-même; car, lorsqu’il est descendu sur terre, il n’a pas, à proprement parler, laissé le ciel derrière lui; il l’a amené et l’a lié à la terre dans une alliance perpétuelle qui ne doit pas être oubliée.

Pour lui, ce fut mieux que de rester dans le ciel. Il a volontairement choisi de faire cela; donc il l’a fait parce qu’il préférait le faire que de rester dans le ciel.

Ainsi, de son propre choix, il sortit du ciel et est venu sur la terre et resta là aussi longtemps que les hommes le laisseraient rester.

Et c’est cela le christianisme!

C’est pour cette glorieuse mission que le Seigneur Jésus est né, baptisé et oint du Saint-Esprit. Et c’est le but de la naissance, du baptême et de l’onction du Saint-Esprit, sur toute âme qui le reçoit.

« Comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de puissance Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu, en faisant du bien. » « L’Esprit du Seigneur est sur moi, c’est pourquoi il m’a oint; il m’a envoyé pour annoncer l’Évangile aux pauvres pour guérir ceux qui ont le cœur brisé; pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers l’ouverture de la prison. »

C’est ce que le baptême du Saint-Esprit était pour eux; et c’est ce que c’est pour toujours.

Quelle étonnante conception du christianisme, en effet, que celui qui a reçu le plus grand degré de son esprit, oublie tout le monde sauf lui-même; et ne pensant à rien, ne se souciant de rien, ni du péché, de la détresse et de la misère de la multitude des perdus tout autour de lui, devraient « s’asseoir » se dorloter d’une humeur haletante, et « se laisser aller au bonheur éternel » !!

Tel n’est pas l’esprit du christianisme. C’est simplement l’esprit du mocassin extrêmement égoïste, paresseux et absentéiste.

Non; l’esprit du christianisme est l’Esprit du Seigneur Jésus lui-même, et celui qui en a le plus grand degré, au lieu de s’asseoir et de s’égarer dans la béatitude éternelle, se lève, dans la certitude consciente du bonheur éternel, et travaille avec tout pouvoir dans le ciel et la terre, et chante pendant qu’il travaille, pour tirer tous les autres des ténèbres et des souffrances de ce monde de péché, vers la béatitude éternelle de la liberté glorieuse des fils de Dieu.

Il ne se soucie pas d’aller au ciel jusqu’à ce que son travail dans le monde soit terminé. Donnez-lui son choix n’importe quand, et il préfèrerait rester dans ce monde et travailler, que d’aller au ciel. Il sait qu’en Christ, qui est sa vie, le ciel est sûr pour lui. Et ayant trouvé dans son Seigneur béni, et par son Esprit, la connexion entre le ciel et la terre, pour lui c’est le ciel d’œuvrer dans le but d’amener les autres dans la connaissance et la certitude du ciel.

O, soyons seulement des chrétiens comme Christ l’était dans le monde! Alors nous serons utiles au monde, et le monde saura que Dieu a envoyé Jésus dans le monde.

Alonzo T. Jones, The Advent Review and Sabbath Herald, February 15, 1898